Le blog des eip

Les deux premières éditions du Paradoxe de la précocité intellectuelle furent assurées par le CRDP de Haute Normandie. La troisième édition fut torpillée par le Scéren-CNDP puis coulée par Bénévent. Ce blog en garde la mémoire.

13 avril 2007

Sarkozy glace Bayrou

C'est de bonne Guerre puisque tous les coups sont permis et François Bayrou a dû penser qu'il y avait là de quoi "diaboliser" Nicolas Sarkozy.

En tout cas Philosophie Magazine a réussi son opération de pub au delà des retombées escomptées. "Le dialogue entre ennemis" qui faisait le titre,dans son n°8, d'un échange entre le candidat Sarkozy et le philosophe Michel Onfray (l'auteur de l'antimanuel de philosophie et  conférencier de l'université populaire de Caen retransmis par France Culture) a fait scandale parceque le récent ministre de l'Intérieur "pensait qu'on naît pédophile".

Alors, c'en serait fini de la responsabilité individuelle et de toute influence de l'éducation? Je ne crois pas que Nicolas Sarkozy le pense. Ses propos ont trop brièvement raccourci son idée.

Ah! s'il avait lu Le Paradoxe de la précocité intellectuelle Le_Paradoxe_de_la_Pr_cocit__Intellectuelle il aurait su que le long débat entre l'inné et l'acquis est terminé sur un accord quasi général qui est un compromis entre les deux.

Tout est inscrit mais tout est éducable.

Il se peut que des pédophiles ayant quelques penchants "naturels" aient été victimes de surcroît d'une mauvaise éducation. Peut-être alors seront-ils irrécupérables. Etaient-ils condamnés dès la naissance, selon le candidat de l'UMP, comme feint de le croire le malin François Bayrou qui se dit "glacé" d'effroi ?

Le débat n'est pas là. Il est plutôt de savoir si un dépistage préalable permet de mettre en place une éducation visant à prévenir des prédispositions....génétiques. Et là c'est encore un tabou qui fâche. Les propositions faites par l'Inserm ont tellement agité une partie des éducateurs, pédopsychiatres et médecins qu'ils étaient prêts à renier toute notion de normalité afin d'éviter d'avoir à condamner d'un point de vue morale des comportements hors normes.

Fort heureusement nos petits précoces ne sont pas concernés par ce débat risqué.

Il n'en est question dans Le Paradoxe de la précocité intellectuelle que pour signaler au passage que ceux qui croient que tout n'est qu'éducation dans l'avenir de l'homme sont ceux qui ont retardé aussi longtemps qu'il aura été possible ce constat sans appel qui fut longtemps une évidence mais non démontrée: les cerveaux ne fonctionnent pas tous de la même façon.

Monseigneur Vingt-Trois peut bien sur RTL rappeler que l'homme est libre et qu'il peut changer le cours de son existence, sans doute , mais c'est comme la vieille histoire des hommes qui sont plus égaux que d'autres.

Posté par djdj à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire