Le blog des eip

Les deux premières éditions du Paradoxe de la précocité intellectuelle furent assurées par le CRDP de Haute Normandie. La troisième édition fut torpillée par le Scéren-CNDP puis coulée par Bénévent. Ce blog en garde la mémoire.

17 novembre 2010

AXEL KAHN sur France 2...

...Ce soir au journal de 20h était l'avocat des signataires d'une pétition publiée par le NOUVEL OBSERVATEUR et réclamant la suppression des notes dans l'enseignement primaire.

Ils ne sont pas les premiers et, dans le Paradoxe de la précocité intellectuelle, j'ai cité le mouvement contre la constante macabre d'André Antibi.Les arguments d'Axel Kahn sont d'ailleurs recevables.

La docimologie aboutit souvent à la condamnation de la note chiffrée. Celle-ci est pourtant indispensable si une évaluation précise est attendue. Lorsque Ségolène Royal, alors secrétaire d'Etat de Claude Allègre a imposé l'évaluation par lettres de A à E, on a vite vu apparaître pour affiner les évaluations des A+ , des C- etc.. Ce qui rétablissait vingt graduations.

J'ai aussi indiqué dans le Paradoxe que certains élèves précoces redoutaient le collège à cause de la notation et de la peur de l'échec (fut-il relatif).

Finalement, ce n'est pas l'outil qu'il faut jeter mais son utilisation qui doit être intelligente et ça, c'est plus difficile. 

Posté par djdj à 20:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    notations

    J'ai moi même cédé aux sirènes des A+ et A- pour ne pas "traumatiser" les élèves.Le résultat est qu'ils ne savaient plus se situer eux_mêmes. Je croyais le débat dépassé. Le problème existe en prépa où les profs mettent systématiquement des notes en dessous de la moyenne et les élèves sont complètement perdus. Il faudrait établir des critères communs à tous les établissements pour éviter ces effets de prétention ou de subjectivité.
    Amicalement

    Posté par jules52, 18 novembre 2010 à 12:41
  • Ah les prépas!

    Il y aurait des pages à écrire sur la perversité de la notation dans de trop nombreuses classes de prépas et de l'usage qui en est fait. Une véritable déviance pour écoeurer les plus fragiles et les inciter à se reconvertir rapidement vers une faculté moins traumatisante. A moins que l'hypo notation ne serve à ramener les élèves vers plus de modestie ou bien à renforcer la considération envers la science du professeur.
    Bref, en prépa, la notation n'est pas toujours intelligente.

    Posté par dj, 18 novembre 2010 à 14:33

Poster un commentaire